Comment Naviguer dans le Monde Étrange de « Fakeups » Avec le Gars que Vous ne Sont pas Officiellement de Rencontres

Il y A quelques mois j’ai rencontré un gars à une fête — un beau garçon, à carreaux, vêtus de l’ami d’un ami avec beaucoup de compétences de conversation. Que la partie qui fait rage autour de nous, nous mélangées en plus calme, de parler animation à propos de nos villes, de nos emplois, de notre étrange obsession partagée avec les vidéos de YouTube de bras de fer.

Il a envoyé un texto le lendemain matin pour convenir d’une date, et à partir de ce moment, notre coupledom a tous mais officiel. Nous avions texte pendant des heures. Nous nous sommes vus plusieurs jours par semaine et qui fait de ces confiant plans d’avenir que sont passionnant pour leur banalité: "Nous allons aller dans un des Filets de jeu cet hiver." "Il y a ce restaurant Éthiopien près de moi. Vous allez l’adorer." Il était charmant et sans peur de me tenir la main en public, et j’ai aimé la façon univoque les choses ressenti: pas de jeux, juste nous.

Puis trois semaines, il a brusquement cessé de me contacter. J’ai été déconcerté, puis concerné, et ensuite mad — mad assez de faire appel à lui. Dans un texte de deux semaines plus tard, il m’a informé qu’il n’était pas prêt pour là où cela était à la tête de. "Je suis un dipshit," écrit-il dans sa dernière missive. Ne peux pas dire que je suis en désaccord.

J’ai été écrasé, brailler sur mon canapé. J’étais en colère parce qu’il avait m’a traité comme un objet dans la pièce de théâtre de sa vie, mais j’étais aussi en colère contre moi-même. Comment pourrais-je avoir baissé ma garde et projeté un avenir — les week-ends, une plus-un à l’occasion de mariages, et même, dans le plus rêveries, se déplaçant dans et adopter un chien — avec quelqu’un qui s’est avéré être un étranger? Pire, je ne me sentais pas comme si j’avais tout droit de tomber ou d’appel d’Urgence de la petite Amie de l’Équipage. Après tout, ne voulant pas la poisse quoi que ce soit, je n’avais même pas parlé à la plupart de mes amis. J’ai été froissé désordre, et pourtant, je ne pense pas que j’avais le droit d’être rompu au cours d’une non-rupture.

Le truc, c’est que j’ai été ici avant. Après sept ans de rencontres à New York, j’ai plus de exe que je peux compter sur les deux mains, mais je n’ai pas eu un capital-B petit ami depuis le collège. Les terminaisons de ces relations de mal — à partir de six mois, chose que terminé quand il s’est déplacé pour l’école de diplômé à l’12-semaine de la saga qui a conclu avec lui les images fantômes et probablement raconter lui-même la séparation a été réciproque de ces trois semaines de mini-drame, trop rapide même à avoir des preuves sur Insta. Certaines de ces catastrophes ont été dès le début: les mecs qui ont annoncé qu’ils n’étaient pas à la recherche de quelque chose de grave ou qui a obtenu feuilletée quand j’ai essayé de planifier un vendredi soir, jour. Mais dans tous les cas, il a fini pas avec un bang, mais avec un gémissement. Je me sentais stupide de l’affichage auto-apitoiement sur quelque chose qui n’était pas officiel ou mutuellement reconnu, ce n’est pas "réel".

Quelque chose de drôle qui s’est passé quand j’ai commencé à parler à d’autres femmes de leur non-rupture des histoires. Tous ces officieux divise nous frapper avec la même primordial de l’émotion: la honte. "Vous vous sentez gêné," Carmen, un 27-year-old social-directeur des médias à Los Angeles, a rappelé de sortir un C’est Compliqué fling. "Il n’a jamais été une relation, si vous ne voulez pas agir comme si vous étiez à cette histoire d’amour." Kate, 31 ans, bibliothécaire à Minneapolis, regardé en arrière sur la fin de l’autre sans étiquette de couplage: "j’avais honte, j’avais mis tous mes oeufs dans ce panier, je pensais que c’était une chose réelle." Et une fois de plus, avec le sentiment, de Kimberly, 26 ans, assistante administrative à Asheville, Caroline du Nord: "j’ai senti que je devrais avoir su mieux."

Peu de choses dans la vie, vous faire sentir solitaire que d’une rupture. Une débâcle qui vient avec un côté de la garder-il-pour-vous-même de la honte? Catastrophe. "Vous sentez que vous ne pouvez pas aller à votre système de soutien aussi facilement que vous pourriez avec l’éclatement de deux ans de relation," dit psychologue clinique Jill Weber, Ph. D., auteur d’Avoir des relations Sexuelles, qui veulent de l’Intimité. "Mais vous devez en parler et de vraiment sentir, car il va vous aider. Il n’a pas à se sentir comme le tout est en vain."

Et c’est l’autre cohérente fil: Quand j’ai demandé si ils avaient appris quelque chose de leurs difficultés, tout le monde avait. Prendre Carmen: "Dans mes relations après ce gars-là, depuis le début, j’étais comme, ‘je ne fais que des conneries où nous ne savons pas ce que nous sommes pour trois mois. Soit tu es mon petit ami ou vous ne l’êtes pas.’ Et elle s’est déroulée. J’ai appris que si je la veux, je l’ai eu à le demander." Kate et Kimberly fait l’écho de ses sentiments.

Si, au lieu de le réprimander nous-mêmes pour se faire mal, nous pourrions traiter nos fakeups avec la même TLC nous tas sur officiel divise: parler à des amis (qui sans aucun doute ont abordé ce genre de merde sur le régulier), qui nous a rappelé les raisons pour lesquelles il n’aurait pas travaillé, et, finalement, à le voir comme un portail vers ce que nous voulons vraiment pour notre vie amoureuse?

Je n’ai jamais entendu parler de Trois semaines Étonnant encore, ce qui est pour le mieux. Et dernièrement, j’ai été voir un sweet français qui m’apporte des fleurs et annonce qu’il est heureux de me voir et qui est déconcerté que ce ne sont pas des subtilités que je suis venu à attendre. Nous avons parlé à propos des étiquettes début, une conversation intellectuelle plutôt que personnel, et il ne pouvait pas mettre son esprit autour les Américains " hésiter à appeler quelqu’un un petit ami ou une petite amie. "Ne pourriez-vous pas les appeler que si vous êtes arriver à connaître les uns les autres et de se briser si elle n’a pas de travail?" il a demandé. Question raisonnable, mais par habitude, j’ai encore le réflexe de sursaut lorsqu’il utilise le G mot: "Elle s’arrêta de parler pour moi une fois qu’elle a compris que vous êtes ma petite amie," il a dit une fois, si naturellement.

Je ne sais pas encore ce qui va arriver avec lui, mais je sais que si les choses terminé demain, j’aimerais obtenir un "vrai" éclatement de — la gentillesse et la reconnaissance que tout ce que nous faisons est courageux et honnête et effrayant et merveilleux. Voici le plus drôle: cette certitude? Il fait d’une rupture, l’air beaucoup moins probable.

Cet article a été initialement publié en tant que "Faux Ruptures Réel se Sent" en octobre 2015 numéro de Cosmopolitan. Cliquez ici pour vous abonner à l’édition numérique!

Laisser un commentaire